La Fille d’Avant – J.P Delaney

Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’oeuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s’engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et vit dans la même terreur que la fille d’avant.


Je suis plus que novice dans le genre thriller psychologique. D’ailleurs, je ne me souviens pas en avoir déjà lu un avant celui de J.P Delaney. Ce fut donc un grand saut vers l’inconnu avec La Fille d’Avant et quelle claque ! Il m’a été impossible de lâcher ce roman jusqu’au dénouement final.

L’histoire se déroule en deux temps qui s’alternent d’un chapitre à l’autre. Nous suivons Emma, la fille d’avant, et Jeanne, celle de maintenant. La narration se faisant à la première personne du singulier, il est très facile de se glisser dans la peau de ces deux jeunes femmes bien qu’elles soient diamétralement opposées. Cependant, toutes deux semblent suivre le même chemin, rencontrer les mêmes personnes et prendre des décisions similaires, à quelques années d’intervalle. Quant à nous, lecteur, nous espérons pour Jeanne qu’elle saura tôt ou tard se détacher du passé d’Emma, qui a connu une fin des plus tragiques.

La psychologie des personnages est ici au centre de l’intrigue. On plonge dans la conscience de Jeanne et Emma, découvrant au fil des pages leurs secrets, leurs désirs inavouables et leurs blessures car toutes deux ont vécu un événement traumatisant et décisif qui les ont conduites à prendre cette même décision : changer de vie. Ce choix va les mener eu même endroit : Le One Folgate Street, une maison d’architecte réalisée par l’énigmatique Edward Monkford. Si certains passages peuvent rappeler la saga de E.L James, les scènes hérotiques restent tout de même anecdotiques. Avec La Fille d’Avant, nous sommes avant tout dans un thriller psychologique qui s’attache au passé de ses personnages et à leur esprit torturé.

Ce roman est un véritable Page Turner qui appâte le lecteur à coup de révélations distillées d’un chapitre à l’autre. Et lorsque l’on pense avoir découvert le fin mot de l’histoire, J.P Delaney nous prouve qu’il a encore beaucoup de cartes à jouer dans sa manche et que le suspens n’est pas encore arrivé à son terme. C’est en ce sens que La Fille d’Avant est un roman addictif. Les questions se bousculent dans l’esprit du lecteur : qui sont véritablement les personnages de cette histoire ? Que cherchent-ils ? Qu’est-il réellement arrivé à Emma ? Jeanne parviendra-t-elle a démêler le vrai du faux dans sa vie et échapper au triste destin qui semble l’attendre ?

Publicités

Une réflexion au sujet de « La Fille d’Avant – J.P Delaney »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s